Une start-up confinée mais obstinée

Une start-up confinée mais obstinée
Reportage

Depuis le début du confinement, vous avez été nombreux à nous demander comment une jeune entreprise gère-t-elle la crise. On tente ici de vous répondre avec la transparence qui nous est chère.

On ne va pas vous l’apprendre, depuis le mardi 17 mars, on est confiné. Et « nous » ce n’est pas juste M. Moustache, ce n’est pas juste Paris, ou même la France, c’est plus d’un tiers de la population mondiale, qui est appelée à rester chez elle. Cette situation vous la connaissez. Nous, en tant qu’entreprise on subit cette crise de plein fouet. On vous raconte ici comment on « gère » la situation.

 

Anticiper pour mieux se protéger

D’abord il a fallu prendre des mesures avant même le confinement. Parce qu’on a vu les autres pays subir la crise avant nous, et on se doutait bien qu’elle n’allait pas tarder à sévir en France.

Au début du mois de mars, nous avons annulé notre shooting de la collection Automne Hiver 2020, qui devait se faire à l’étranger, à la mi-avril. Faire des photos, vous présenter nos produits, c’est essentiel pour une entreprise comme la nôtre, mais ça ne pouvait décemment pas se faire au péril de nos équipes. Mais anticiper une telle crise, ce n’est pas simple, et pour une entreprise jeune comme M. Moustache, c’était encore du jamais vu.

 

S’organiser au cœur de la crise : M. Moustache à l’épreuve de sa réactivité

Samedi 14 mars, les commerces ont fermé.

Lundi 16 mars au matin, Antoine, Guillaume et Thibault ont décidé de fermer les bureaux de Paris, et c’est tant mieux car le soir même, Emmanuel Macron annonçait le début du confinement. Ensuite tout est allé très vite. Il a fallu identifier les priorités, mettre en place le télétravail et répondre aux nombreuses questions de tous, celles de nos équipes, celles de nos partenaires, et les vôtres.

Mais dans cette crise, on a une chance. La chance de pouvoir télé-travailler, qui n’est pas donnée à tous aujourd’hui. Nous avons d’ailleurs une pensée chaleureuse et remplie de gratitude pour tous nos partenaires, au Portugal et en Chine, ainsi que pour tous nos revendeurs à travers le monde, pour qui le télétravail n’est pas une option. Mais aussi pour tous les travailleurs du quotidien, en première ligne pour soigner nos malades ou pour nous permettre de conserver un semblant de vie réelle, à l’abris dans la sécurité de nos foyers.

Il faut être honnête, avant le confinement, on pratiquait peu le télétravail chez M. Moustache. Au quotidien, on travaillait avec Slack, mais surtout, on faisait pas mal de réunions. Désormais, ce n’est plus possible, il a fallu trouver d’autres solutions. Slack est toujours à nos côtés, plus encore qu’avant ! On a testé de nouveaux logiciels comme Discord. C’est plus compliqué pour certains que pour d’autres on ne va pas se le cacher, la technologie n’est pas la spécialité de tous. Mais à l’heure où je vous écris, tout semble rouler !

 

Maintenir l’activité, mais pas sans s’adapter

Au-delà du confinement, il faut surtout gérer l’arrêt de l’activité. Nos Échoppes sont fermées, notre e-shop tourne toujours, mais au ralenti, car les préoccupations du moment ne sont pas à l’achat de souliers estivaux. Et on le comprend ! Nous avons fait le choix de ne pas fermer notre e-shop après avoir longuement échangé avec notre plateforme de logistique. Ils sont aujourd’hui en mesure de maintenir une activité réduite, tout en assurant la sécurité de leurs employés. Et c’était ça notre priorité : garder nos équipes en bonne santé.

Nous nous sommes donc adaptés au contexte particulier :

      > Nous reversons 10% de notre chiffre d’affaire à la Fondation Hôpitaux de France,

      > Nous avons prolongé les délais de retour,

      > Nos clients peuvent choisir d’être livrés sans contact, ou après le confinement.

Maintenir l’e-shop, c’est ce qui va nous permettre, à nous et à nos partenaires, de traverser cette crise. Conserver une activité économique, c’est essentiel si on veut sortir M. Moustache debout de ce confinement. C’est aussi notre lien avec vous, et on ne veut pas le rompre. Il est essentiel pour nous de garder le contact avec vous.

Mais comment ? On ne savait pas si vous aviez encore la tête à voyager, alors on vous a demandé : qu’est-ce que vous attendez de nous, en cette période un peu particulière ? Il en est ressorti deux choses : premièrement, que vous souhaitiez que la vie continue, et que notre communication continue comme avant, comme une échappatoire à un quotidien confiné. Ne pas changer ses habitudes donc ! On a aussi voulu vous faire plaisir, vous remercier de votre soutien infaillible, même quand le bateau tangue. Avec notre jeu concours « Dessine-moi une basket », on vous a accueilli dans notre Atelier, où vous avez tous laissé libre cours à votre imagination débordante, créant des baskets élégantes et innovantes par centaines ! Nous avons tiré au sort un gagnant, dont nous produiront le soulier imaginaire dès que les conditions nous le permettront.

Dans un second temps, vous avez été nombreux à nous poser la question : « comment une start-up gère-t-elle une telle situation ? » alors on a tenté de vous répondre au mieux ! On vous a montré nos bureaux « fait maison », nos nouvelles conditions de travail temporaires, et on vous écrit ces quelques lignes aujourd’hui. Après tout, vous avez suivi l’aventure M. Moustache avec nous depuis longtemps, et on a toujours tout partagé. Alors le confinement, on le partage également. Il y a encore de grandes aventures devant nous.

Grâce à notre programme de recyclage Encore, qui a fait ses premiers pas il y a un peu plus d’un an, et qui portera bientôt ses fruits, puisque tous les souliers recyclés depuis le lancement seront intégrés comme matière première dans notre prochaine collection ! Et beaucoup d’entre vous profite d’ailleurs de ce confinement pour trier leurs armoires, mettant de côté les souliers usagés afin de les déposer dans l’une de nos Échoppes une fois la tempête passée. On vous en remercie. C’est un peu grâce à vous si on peut envisager un avenir plus éco-responsable pour M. Moustache. C’est notre préoccupation majeure aujourd’hui

 

Penser l’avenir

Finalement penser l’avenir de M. Moustache, dans un tel contexte, c’est surement le plus compliqué pour nous. Parce que l’on ne sait pas clairement combien de temps cela va durer, et quelles seront les conséquences sur l’entreprise, le marché, notre pays et le monde, à moyen terme. Il faut bien évidemment gérer la saison en cours pour gérer au mieux les stocks, mais aussi préparer les saisons à venir, afin de réduire autant que possible l’impact de la crise sur la durée. Préparer la suite en orientant par exemple la production sur des modèles de la collection hiver, pour ne pas se surcharger sur l’été.

Pour l’instant, on échange beaucoup. Entre nous d’abord, pour envisager tous les scénarii possibles et imaginer les réponses à y apporter. Et avec nos partenaires, pour s’assurer de l’état de chacun et maintenir le lien malgré la situation. La communication avec nos usines est constante. Il ne faut pas oublier qu’ils sont dans une situation aussi compliquée que la nôtre. On est tous dans le même bateau. On essaye de trouver ensemble des solutions pour maintenir une activité, sans mettre personne en danger. Toutes nos usines au Portugal sont actuellement fermées. On essaye d’anticiper une reprise partielle et surtout définir des priorités quand le confinement prendra complètement fin.
 
En somme, on essaye de voir plus loin que le bout de notre nez, en pensant aux autres, et en pensant l’après.

 

Prenez soin de vous, restez chez vous.

Derniers articles sur nos Reportage